#BLM

Black lives matter
Source

Je n’aurai pas la prétention de clamer haut et fort que mon quotidien est similaire à celui d’un(e) jeune Afro-Américain(e). Je n’aurai pas la prétention de dire que je crains pour la vie de mon frère, de mon père, de mes cousins, de mes amis plus que de raison. J’aurai encore moins la prétention d’affirmer que la ségrégation est officieusement toujours institutionnelle à l’endroit où je vis.

J’affirmerai cependant que le racisme et la discrimination font partie intégrante de ma vie et ce, depuis mon plus jeune âge.
J’ai toujours été entourée de gens provenant de tous les horizons. J’avais conscience de ma couleur de peau, eux aussi mais elle n’a jamais posé de problème. Je présume que nous la considérions tous comme ce qu’elle était : une couleur, ni plus, ni moins. J’ai malheureusement eu à intégrer le fait que cette dernière pouvait me porter préjudice lorsqu’à l’âge de 8 ans, une fille de mon école qui passait le plus clair de son temps à me chercher des noises gratuitement, a jugé nécessaire de m’ordonner de « retourner dans mon pays si je n’étais pas contente » lorsque j’ai décidé une bonne fois pour toute de me défendre. Stupeur, incompréhension puis tristesse m’ont submergée suite à ces propos : comment tant de haine pouvait-elle émaner d’une seule et même personne alors que j’exerçais simplement l’un de mes droits fondamentaux ? Je m’en suis certes très rapidement remise mais j’ai perdu ce jour là, une partie de mon innocence, de ma naïveté d’enfant qui voulait que tout le monde s’aime, soit beau, gentil et bienveillant.

Je peux également affirmer que depuis cette prise de conscience, j’ai constaté que je fais l’objet d’un acte, d’une réflexion voire même d’un simple regard à caractère raciste très fréquemment. J’ai par ailleurs grandi avec l’idée qu’à capacités égales, je devrais toujours travailler deux fois, voire trois fois plus que la majorité de mes camarades pour atteindre les mêmes objectifs. J’ai appris à me faire discrète au maximum car ma couleur pourrait notamment me desservir en cas de conflit. J’ai grandi dans l’idée qu’être Noire était un handicap méprisable et que tous les attributs que Dame Nature avait pu me donner ne seraient jamais loués. J’ai grandi sans figures auxquelles m’identifier dans les médias, bien que la situation progresse peu à peu depuis quelques années. J’ai grandi en pensant que ma personne, mes opinions ainsi que mes réussites auraient toujours moins de valeurs que celles de mes condisciples blancs.

Certains diront que j’exagère, d’autres que je me victimise ou pire, que tout ça n’est que pure invention. Je me permettrai de leur répondre que premièrement, tout ressenti, tout vécu quel qu’il soit, surévalué ou non est légitime. Ensuite, quand on ne fait pas l’expérience de ce type de micro-agressions au quotidien, je pense qu’on n’est pas en position de s’exprimer sur un sujet dont on ne maîtrise que peu de composantes.

Cet article n’a en aucun cas pour but d’exprimer une quelconque haine, de stigmatiser ou de déclarer la guerre à l’Occident ou à n’importe quelle instance qui servirait de bouc émissaire. Il a encore moins pour but de créer un malaise chez qui que ce soit. Si c’est néanmoins le cas, je vous invite à l’introspection pour en trouver l’origine…

Ce billet a en réalité pour vocation de relater des faits parmi tant d’autres que beaucoup de mes pairs et moi-même avons probablement vécu, vivons et vivrons encore. Il a pour vocation de démontrer qu’à notre échelle, ici en Europe, nous ne nous faisons pas tuer sous les balles de policiers mais que nous subissons un racisme malheureusement encore bien présent dans la société et dans les mentalités (pour preuve, cliquez ici…).

BLACK LIVES MATTER.

Ce slogan a fait couler beaucoup d’encre depuis qu’il est clamé haut et fort par mes confrères et consœurs d’Outre-Atlantique et en fait encore couler à l’heure où je vous écris, d’autant plus qu’une série de drames a eu lieu cette semaine : deux citoyens afro-américains ont été abattus par des policiers (ici) et un activiste a, en retour, blessé et tué plusieurs personnes dont une majorité de policiers (). De nombreuses manifestations, pacifiques pour la plupart, ont par la suite été organisées dans plusieurs villes des États-Unis et dans d’autres pays du monde. Ces rassemblements donnent comme une impression de déjà-vu, vous ne trouvez pas…

J’ai eu l’occasion de lire bon nombres de réactions de gens qui s’indignaient quant à ces événements et surtout quant à cet aphorisme, scandant que toute vie compte et non seulement celle des Noirs.

Je pense que nous sommes majoritairement d’accord sur la question mais il est toujours bon de rappeler que malgré l’abolition de l’esclavage, malgré l’indépendance de maints pays jadis colonisés, malgré les luttes et victoires de figures engagées telles que Martin Luther King, Rosa Parks, Angela Davis ou encore Nelson Mandela pour ne citer qu’eux, être Noir n’est visiblement pas toujours (et toujours pas !) de tout repos ici bas. Il serait vain de nier les évolutions dont nos parents et nous-mêmes avons été et sommes témoins. Toutefois, le chemin vers l’égalité, la vraie, celle qui dans les paroles comme dans les actions atteste que tout Homme, quelle que soit sa condition, sa couleur de peau, son ethnie, ses croyances, ses valeurs ou encore son orientation sexuelle serait considéré comme ce que nous sommes finalement tous : un être humain, est encore semé d’embûches.

C’est le cœur lourd que j’ai rédigé cet article. Je suis triste, quelque peu désabusée mais surtout en colère. En colère parce que j’ai la sensation que malgré les avancées dont l’Homme se vante sans cesse, la valeur de la vie humaine n’est toujours pas reconnue, le respect d’autrui n’est toujours pas d’actualité et pire encore, l’Humain reproduit sans cesse le même schéma et commet irrémédiablement les mêmes erreurs.

L’aube d’un avenir meilleur et radieux s’amenuise, semble-t-il, à mesure que le temps passe…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s